Dessin original Joachim Seitz 2014©

 

Transmis depuis 1704 au sein de la famille Millerioux par les liens du sang, c’est grâce aux liens de l’amitié et des affinités électives que le Moulin à huile de Pesselières est repris en 2014 par Anny Allary et Joachim Seitz.

Prolongeant une histoire commencée il y a 400 ans et très attachés au savoir-faire ancestral, ils l’adaptent pour qu’il perdure, selon l’adage qu’il faut que quelque chose change pour que tout demeure identique.

 

Histoire du Moulin de Pesselières

Le moulin en 1905

Acte notarié de 1704

Traduction de l'acte notarié

"Autrefois (dans les années 1840) l'huilerie était installée dans la maison de la famille Berthelet, ancêtres de M. Millérioux, qui a cédé l'exploitation du moulin en septembre 2014. L'huilerie sera déplacée en 1872, suite à la démolition partielle de la maison lors du passage de la route.

L'huilerie est donc située depuis cette date dans un bâtiment probablement antérieur à 1850 et remanié en 1886 (matrices cadastrales).

L'huilerie de M. Millérioux fonctionne encore selon des procédés traditionnels ; le mécanisme autrefois mué par un cheval est aujourd'hui actionné par l'électricité.

Un projet de centre artisanal est en cours de réalisation (restauration du bâtiment et ouverture au public)."

Notes d'histoire…

"Quelques traces d'une occupation humaine jalonnent le territoire depuis la période paléolithique jusqu'à l'époque gallo-romaine : outils primaires, dolmens, tombeaux et surtout le tracé encore visible de l'ancienne voie romaine menant de Bourges à Auxerre séparant Jalognes de la commune de Veaugues au nord-ouest.

La première mention du nom de Jalognes (Jalonia) date de 1136, période de création d'une paroisse dépendant de l'abbaye de Saint-Satur. La seigneurie de Jalognes, possédée par la famille de Culan au 15e siècle, n’a laissé aucun vestige bâti dans le bourg, néanmoins le plan cadastral de 1823 montre une disposition circulaire autour de l'église qui pourrait faire penser à l'implantation ancienne d'une enceinte médiévale. Cette seigneurie passera au 17e siècle entre les mains des maîtres de Pesselières, la famille de la Porte. La seigneurie de Pesselières relevait du comté de Sancerre et ses seigneurs avaient le titre de maréchaux du comté.

Dès le 12e siècle les seigneurs de Pesselières firent bâtir une chapelle autour de laquelle s'établit une population qui peu à peu deviendra plus importante que celle du chef-lieu paroissial, grâce à l'établissement de quatre foires annuelles. Une des paroisses rurales les plus peuplées de cette région au 16e siècle (près de 650 habitants), Jalognes verra sa population décroître de moitié au cours des 16e et 17e siècles, signe des conflits armés et de la généralisation de la pauvreté à cette époque."

Aujourd'hui...

"La richesse économique de la commune reste essentiellement agricole, la vocation céréalière des cultures s'est confirmée. Néanmoins, signe de la stagnation de l'économie rurale à la fin du 20e siècle, plus de 60% de la population active réside à Jalognes mais travaille dans un autre centre d'activités. La commune de Jalognes compte aujourd'hui 271 habitants.

Le village de Pesselières demeure le centre traditionnel des rassemblements marchands : la foire annuelle du mois de juin reste très populaire et attire des milliers de visiteurs.

Il faut saluer et soutenir aujourd'hui l'initiative de personnes sensibles à la richesse de l'héritage rural de ces lieux, proposant des projets de développement culturel autour de l'huilerie encore en activité et de l'ancien atelier de sabotier, situés tous deux dans le village de Pesselières.

Ce pays "terrien", où dominent les larges étendues de terres labourées traversées de vallées boisées, offrira pour des longues années encore une grande impression de calme et de stabilité."

Lire la suite : Le moulin à huile de Pesselières - Extrait du site : Le patrimoine du canton de Sancerre